Franco Adami

  Monique Baroni

  Jean-Pierre Chardat

  Ciris-Vell

  Anne Clif

  Jane Deste

  Geny Detto

  Yvan Erpeldinger

  Do Fournier

  George K

  Claude Guibert

  Hagemann Anja

  Jorg Hermlé

  Ioana

  Remy Jammes

  Martine Kerbaol

  A. de Lazareff

  Hélène Legrand

  Christian Mourey

  Ott Neuens

  Peintre de l’Inde : Alexis Kersey

  Peintre de l’Inde : Avishek Sen

  Peintre de l’Inde : Manish Nai

  Gina Pellon

  Moreno Pincas

  Anne Pourny

  Rozot

  Rosa Serra

  Hanna Sidorowicz

  Rino Valido

  François Vigorie

  Gaëlle Weissberg

Rozot

 

Née en 1962. Ecole des Arts Décoratifs, Strasbourg. Chelsea School of Art, London.



La vie en représentation, la sophistication extravagante : c’est l’univers d’Isabelle Rozot, où elle aime se mettre en scène en s’identifiant à ses personnages. Ils poursuivent un rêve éveillé, une rumination déliquescente, infinie, alors qu’apparemment, ils possèdent tout et d’abord le loisir de ne rien faire. Chez Rozot, la vie est un théâtre, une exhibition permanente, mais aussi un songe où l’on se perd. Les décors sont très présents, la perspective accentuée par la répétitivité et les symétries de figures géométriques, damiers et rayures qui envahissent le sol, les murs, les colonnes, mais aussi les complets des hommes, les robes des femmes. On dirait qu’ils matérialisent autour d’eux et sur leurs vêtements les barreaux de leur prison mentale, de l’ennui des journées indéfiniment recommencées. Mais la peinture de Rozot est loin d’être ennuyeuse, bien au contraire, elle fourmille d’inventions et évite le piège de la caricature grâce à la bonne distance qu’elle prend avec ces songeurs décadents. Joseph Tarab



Feu le petit Colonel (40x50cm)

La captive (40x50cm)

La distraction du canari (46x33cm)

Le roi de coeur (130x89cm)

L’éventail (65x46cm)

L’insomniaque (92x60cm)

Lost in cushions (65x54cm)

La maison du lézard (35x24cm)

Un jardin en Italie (65x92cm)